#POGD 53 Pûtes, Plûtes, Flûte

Une poésie par semaine dans ta boite mail

Évidemment, comme vous je suis choqué. Première newsletter de l’année, et un objet d’email des plus putaclics ! Il ne vous aura pas échappé qu’il s’agit d’une utilisation outrancière de l’imparfait du subjonctif. Outrancière et erronée, qui plus est, puisque des trois mots de l’objet le dernier est du pipeau. Flûte n’est pas conjugué, car il s’agit d’un nom commun, instrument propre à faire de la musique.

Mais pourquoi alors ? De quoi s’agit-il exactement ? Va-t-on parler de la musicalité des mots ? Avec " Pûtes " ? Vous êtes sérieux ? De météo ? Tout ça parce qu’il plûte, hier chez vous ? Et bien non. Hier, il plut chez vous - et si vous voulez bien conjuguer correctement - l’âme mélancolique cela vous plûtes. Rien de tout ça.

L’année commence et comme dit le dicton " À la première semaine, fais du développement personnel " ! Je vous propose donc un petit défi. Lors de votre prochaine réunion professionnelle, faites une slide ou une intervention à l’imparfait du subjonctif. Et comme ici on n’est pas chien, ni la poésie d’ailleurs, le poète vous aide avec un poème de son cru. Vous n’avez plus qu’à conjuguer !


Complainte amoureuse

Oui, dès l'instant que je vous vis,
Beauté féroce, vous me plûtes ;
De l'amour qu'en vos yeux je pris,
Sur-le-champ vous vous aperçûtes ;
Mais de quel air froid vous reçûtes
Tous les soins que pour vous je pris !
Combien de soupirs je rendis !
De quelle cruauté vous fûtes !
Et quel profond dédain vous eûtes
Pour les vœux que je vous offris !
En vain je priai, je gémis :
Dans votre dureté vous sûtes
Mépriser tout ce que je fis.
Même un jour je vous écrivis
Un billet tendre que vous lûtes,
Et je ne sais comment vous pûtes
De sang-froid voir ce que j'y mis.
Ah! fallait-il que je vous visse,
Fallait-il que vous me plussiez,
Qu'ingénument je vous le disse,
Qu'avec orgueil vous vous tussiez !
Fallait-il que je vous aimasse,
Que vous me désespérassiez,
Et qu'en vain je m'opiniâtrasse,
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez !

Alphonse Allais, Par les bois du Djinn, Parle et bois du gin, Poésie Gallimard

Anecdotes & Broutilles

L’anecdote te permet d’aller plus loin, mais pas plus que les pieds du poète qui chausse du 41.

  • Lorsque Alphonse Allais (1854 - 1905) était mécontent d’une phrase qu’il avait écrite, il la transformait en citation, la faisait suivre d’un (sic) et l’attribuait à un de ses confrères journalistes qu’il méprisait. (Un prêté pour un rendu)

  • Alphonse Allais avait deux gloires : celle d’être né le même jour que Rimbaud et celle d’avoir eu Baudelaire comme client dans la pharmacie de ses parents à Honfleur. (bobo poète)

  • Avant de me quitter, laissez-moi un message de rentrée sur mon répondeur où en répondant à cet email. Dites-moi ce que vous aimeriez lire dans les prochaines semaines ou mois.

Loading...
highlight
Collect this post to permanently own it.
Poésie Grand débutant logo
Subscribe to Poésie Grand débutant and never miss a post.
#poésie grand débutant#poesiegd#pogd#alphonse allais
  • Loading comments...